Atterrissage en cours..
Restez bien ancrés au fond de vos sièges, merci.
Menu

 

PAULINE DUCHESNE

Créer du bout de ma souris, imaginer votre communication, construire ensemble votre image. What else ?

Suivez-moi !

DESIGN EMOTIONNEL

Emotionnez votre audience.

Devenir le livreur 2.0 des émotions

Le web est depuis sa création passé par de nombreuses étapes : d’abord drogué à l’HTML brut et méchant, compréhensible dans sa construction par une petite partie de développeurs de génie, puis plus accessible, devenant un domaine d’apprentissage à part entière, agrémenté de code javascript, de CSS. Jusqu’à aujourd’hui, accessible à des personnes n’ayant parfois aucune notion en codage ou en développement, grâce au merveilleux « drag and drop ». En 2018, le web est plus que jamais devenu un lieu de transmission, d’échange, d’in-té-ra-cti-vi-té utlime, c’est pourquoi il me semblait important de vous parler du design émotionnel, qui constitue pour moi, l’avenir de cette immense araignée numérique.

*musique d’ascenseur* Puisque les mots « design émotionnel » risquent d’harceler l’entièreté de cette revue, voici les possibles abréviations utilisées ci-bas : DE, d.é, design é. Merci.
Sachez également que ce billet fait suite à ma lecture du livre d’Aaron Walter, aux éditions Eyrolles, de la collec’ A book apart. Votre lecture en sera un savoureux cocktail, suivez la recette : 500 ml de Walter, 3 cuillères à soupe de lectures webiques, 300 ml d’expérience, 2 pincées d’avis personnel. Alors à vos papilles :

DESIGN ÉMOTIONNEL ?

Le design émotionnel consiste à transmettre des émotions à votre utilisateur, qui le rattacheront à son expérience de votre plateforme et consolideront ainsi son lien avec celle-ci. Si vous avez suivi des études de communication, de commerce, d’économie etc, vous avez surement déjà eu connaissance d’Abraham Maslow, psychologue américain ayant réussi à formuler une pyramide, capable d’expliquer de manière synthétique les comportements de consommation des Hommes, en catégorisant leurs besoins primaires et secondaires.

Maslow en tirets du six =

– Besoins physiologiques (manger, dormir, boire) à satisfaire de façon primordiale, sans détours.
– Besoin de sécurité (avoir un toit, un travail, une famille).
– Besoin d’amour, d’appartenance (se sentir inclus, tisser des liens forts avec autrui…)
– Besoin d’estime (obtenir le respect des autres, se respecter soi et se valoriser, avoir en clair l’envie de réussir).

Et au sommet de cette pyramide, une chose dont je vous parle fréquemment ici : l’accomplissement personnel. Une fois les étages inférieurs conquis, on peut enfin penser à s’épanouir, à devenir la meilleure version de soi et à aimer cela plus que tout.
C’est avec tous ces éléments que l’on comprend mieux l’intérêt du design émotionnel, chez Maslow, il est possible de vivre heureux en validant les trois premiers étages de la pyramide, vraiment. Mais c’est seulement lorsque vous débloquez les deux derniers niveaux que votre vie peut devenir riche d’expérience, d’émotions et devenir ultra satisfaisante. En résumé, le d.é, c’est un peu la recherche de la cerise sur le gâteau.

Partant du postulat que le design d’interface consiste à créer du design pour humains, il est possible de transposer la pyramide de Maslow en une pyramide pour utilisateur web : Pour satisfaire les besoins de votre audience, votre interface doit tout d’abord être fonctionnelle et fiable. Je ne connais personne qui puisse être addict aux bugs, aux ralentissements, aux applications qui ne permettent pas le partage, la sauvegarde etc. Si votre solution n’est pas fonctionnelle, vos utilisateurs quitteront le navire. Au delà de cet aspect « pratique », votre plateforme doit être utilisable, l’utilisateur doit pouvoir accéder aux tâches de façon rapide et intuitive, sans avoir besoin de chercher pendant cent sept ans où se trouve le bouton connexion, par exemple.
Jusqu’à aujourd’hui, la pyramide des besoins utilisateur était ici bouclée. Cause de tristesse maussade ou bien simplement de réflexions innovantes, le DE à su construire un tout nouvel étage, la cerise sur le gâteau : l’agréabilité. Un bon designer se doit, depuis cette création céleste, de fabriquer de l’expérience, de livrer de l’émotion : de s’approprier les techniques du design émotionnel. 

BOULIMIE 2.0 : MANGEZ VOS ÉMOTIONS.

Pour mieux expliquer l’intérêt du design é. Aaron Walter crée dans son livre un paradoxe intéressant entre la nourriture et l’expérience utilisateur :
il est vrai qu’il existe des repas qui nous restent en mémoire, bien plus que d’autres. Les petits plats de votre grand mère ou votre premier buffet à volonté chez le meilleur restaurant japonnais au monde (non, bien sur que je ne parle pas de cette fois où mon corps m’a hais d’avoir mangé pour 10, non, du tout). Bref, ce que j’essaie de vous traduire ici, c’est que ce genre de festin n’est pas simplement né d’ingrédients frais, ou d’une cuisine sensationnelle en tous poins. Ce genre de festin mémorable prend en compte chaque aspect du moment : l’ambiance, avec qui vous l’avez partagé, le service, la décoration, votre humeur, le goût etc. Ce festin tient à une expérience entière. Vous remarquerez également, comme le souligne A.Walter que l’aspect nutritionnel et ‘technique’ du repas vous à été fort égale pour construire ce souvenir d’émotion. Et bien cela fonctionne de la même façon pour un site web : vous évaluerez inconsciemment votre expérience à partir de plusieurs critères qui, si ils sont tous réunis, vous permettront d’ancrer un souvenir délicieux. 

« Les événements portant une charge émotionnelle persistent beaucoup plus longtemps dans nos mémoires et on peut se les remémorer plus précisément que les souvenirs neutres. » John Médina, ‘Brain Rules’.

Et il existe une raison toute particulière à ce phénomène : la survie. En effet la mémoire nous permet de ne pas reproduire les expériences négatives connues. Imaginez si vous ne vous souveniez pas du goût infâme d’un pamplemousse, et que chaque jour, vous retentiez l’essai, sans jamais vous souvenir qu’il n’y a que le sucre versé dessus qui détient un potentiel. (pas d’offense aux fans de pamplemousse mais……..pourquoi infligez-vous cela à vos papilles inoffensives ?) Blague à part, les bébés utilisent fortement cet encrage : ils pleurent pour exprimer un besoin, et lorsque leurs parents leur fournissent le nécessaire, ces derniers comprennent qu’ils peuvent s’appuyer sur eux. Un lien émotionnel se crée.
C’est donc en reproduisant ce stimulus qu’un designer sera capable de créer de l’engagement durable avec ses utilisateurs. Personnaliser son contenu, c’est le rendre humain, ne pas simplement vendre « une offre incroyable à -70% qui vous donnera la vie de Bruce Willis en 10 minutes seulement ! » mais vendre un produit/un service qui vous ressemble, qui possède une identité véritable et sincère, capable de séduire autrui non seulement dans son efficacité mais également dans sa présentation. Les expériences de produits amusants font le tour de vos réseaux et du web sans même que vous ayez à débourser un centime, parce qu’ils créent chez l’utilisateur un sentiment positif en plus de l’amusement d’un produit sympathique. 

« Les gens pardonneront vos écueils, vous suivront et chanteront vos louanges si vous les récompensez avec des émotions positives » Aaron Walter « Le design émotionnel. »

Afficher la personnalité de votre marque, c’est l’assumer en tout point, jusqu’à la façon que vous aurez de communiquer avec vos clients, dans les avis ou au sein même du service client. Il est par exemple possible, grâce au DE de transformer un mauvais contact client en une opportunité commerciale. La marque Betabrand en à fait l’expérience : un de ses clients (nommé Pink panthère par A.Walter) à contacté le s.a.v après s’être rendu compte que des soldes avaient débutés une semaine après un de ses achats. Il à tout bonnement demandé à la marque de lui rembourser la différence. Là où une entreprise commune aurait répondu à ce dernier d’aller se faire cuire un œuf sur un fessier de mammouth, Betabrand à préféré proposé un deal à son client : si les Trailblazers de Portland battaient les Clippers (ceci est du basketball), Betabrand offrirait à son client une ristourne, mais également un pantalon rose. Si l’inverse se produisait, le client recevrait là aussi sa ristourne, mais devrait dire à deux autres personnes qu’il était devenu consultant pour la marque. 

Pink panthère est à ce jour devenu un des plus fidèles clients de Betabrand, simplement parce qu’au lieu d’avoir à faire avec un service client basique, il a eu à faire avec un service client marrant. Ce qui distingue le design émotionnel des autres formes de design, c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’être plus original, de proposer des slogans fun etc. C’est de penser différemment votre manière de communiquer.

HUMANOÏDEMENT VOTRE.

L’adage est connu : on ne peut pas plaire à tout le monde. Chacun possède sa propre sensibilité, son caractère, ses appétences. Alors comment créer pour ce célèbre et capricieux humain si complexe ? Tout simplement en se rappelant ce qui, au delà de nos spécificités personnelles, nous uni : les émotions.
« Waaaaaaah elle va nous gonfler longtemps avec ses émotions celle-là ? » Pardon mais oui. Si il y a bien quelque chose que personne ne peut rebuter, ce sont ses émotions. C’est pourquoi depuis plusieurs années, et même depuis très longtemps, certain designer ont saisi cette opportunité. Selon Darwin, les Hommes sont guidés par un même lexique émotionnel. Comme si nous étions pré destinés à ressentir telle et telle chose en naissant, et non selon notre enfance ou encore notre évolution. Je vous l’accorde, cela devient un peu trop philo’philo’. Pour faire simple : les émotions sont notre premier langage. Par exemple, ne pensez pas que les bébés font partie d’une secte leur conférant un pouvoir magique attendrissant. NON MONSIEUR. La nature est simplement bien plus maligne que cela, en réalité, les visages de bébé sont construits de sorte à ce qu’ils nous semblent spéciaux et précieux comme des aimants à amour. Petits yeux, petit nez, front prononcé. Ces proportions évoquent l’innocence, la confiance. Certains scientifiques pensent qu’il s’agit là d’une protection anti-extermination de bébés. L’idée est plaisante et suit la logique de tout créateur de dessins animés, repensez à vos dimanche soir devant les looney tunes. 

CE QUE VOUS TROUVEZ BEAU VOUS REND HEUREUX.

Disclamer : je parle bien évidement de la beauté que vous percevez. Celle-ci étant ultra mega giga personnelle.
On a tendance à sous-estimer le pouvoir de l’esthétisme. Vous ne vous en rendez surement pas compte, mais vous entourez de choses appréciables pour vos yeux, cela vous apaise et vous complaît. Vous rappelez-vous ce jeu au célèbre prisme vert, les sims ? Dans ce genre de simulation visant à entretenir des humains et à leurs faire vivre diverses aventures de la vie courante, vous disposiez d’un tableau d’humeur. Dans ce tableau figurait les besoins primaires comme boire, manger, se laver. Mais il exister une autre variable : l’environnement. Les sims avaient tout compris. Essayer de travailler avec la tête au clair sur un bureau rempli de papiers en tout genre et de notes diverses, vous ne vous en rendrez pas compte instantanément, mais travailler dans un environnement visuel agréable sera très stimulant pour votre créativité ainsi que pour votre productivité. Il vous faut donc suivre la même logique pour la mise en place de vos solutions web : un site ergonomique ET plaisant visuellement offrira a vos utilisateurs une expérience plus mémorable et leur donnera envie de rester boire un café 2.0.
Bien que je ne sois pas une de leurs adeptes, Apple fait partie des marques ayant tout compris au design émotionnel, dans leurs conceptions produits, sur leur site web, au sein de leurs applications etc. Tout est fait pour draguer votre cerveau et vos yeux et donc vous offrir une expérience émotionnelle.

« Nous sommes nés avec un logiciel qui nous pilote, et les émotions sont le cœur de ce code. Elles sont une part essentielle de ce qui fait de nous des humains, et elles jouent un rôle fondamental dans un design efficace. » A.Walter 

Cultivez les émotions & observez votre audience s’engager à vos côtés.

http://www.pauline-duchesne.fr/wp-content/uploads/CVISITES.jpg #
youplaboum

Suivez-moi

& mon travail

Facebook Comments