Atterrissage en cours..
Restez bien ancrés au fond de vos sièges, merci.
Menu

 

PAULINE DUCHESNE

Créer du bout de ma souris, imaginer votre communication, construire ensemble votre image. What else ?

Suivez-moi !

PICSOU GUIDE

Aka la communication des budgets serrés.

Petit budget, grandes possibilités !

Connaissez-vous l’adage qui dit que certains sont si pauvres qu’ils ne possèdent que de l’argent ? Alors évidement, personne ne nie le fait que les billets verts : c’est top. Mais attention, ils ne sont pas les seuls à avoir du charme : il existe de nombreuses solutions pour les budgets restreints, qui à terme, peuvent nettement faire grandir vos projets & votre entreprise. 

LES RESEAUX SOCIAUX.

Mon dernier article énonçait déjà les bienfaits des réseaux sociaux pour une entreprise (si tu ne veux pas te retrouver à la traine, tu ferais bien d’aller le lire : ICI) Si t’as un truc sur le feu, je te fais le topo rapido de cette solution quasi gratoss qui t’offre un monde de communication instantanée : être visible, au cœur de l’action, développer son influence, garder la concurrence à l’œil, peu couteux, permet de recruter. 

*respiration* 
Maintenant, voyons cela un peu plus en détail :

Présent, tu seras / Alors oui, je sais, ça peut faire peur, mais il n’y a pas de secrets, si vous voulez accéder au pouvoir des réseaux sociaux, il va falloir donner de sa personne. Premièrement, il faut casser cette barrière impitoyable qu’est la honte. La honte du post, la honte d’être lu, regardé, partagé.
Une fois cette muraille de Chine franchie, il va falloir s’organiser, étudier les meilleures heures pour poster (à savoir : les réseaux sociaux, c’est un peu comme ta mère et ton frère. Y’en à une pour qui se lever à 9h est synonyme de repos éternel, et y’en à un qui déjeune à l’heure ou tu finis ton yaourt du midi.)

Intéressant tu seras /Au delà des heures, il va falloir se creuser le cortex pour trouver un but et un contenu à chacun de vos post, par exemple, en ce qui me concerne, je commence par une citation motivation le lundi matin, puis s’enchainent relais d’information/d’article, publication du dernier projet en date, conseil du jeudi, et enfin : l’article de la semaine. Chacun de mes post est programmé à l’avance grâce à l’application Buffer et détient des ingrédients qualitatifs. Lors de chaque rédaction, je me pose un certain nombre de questions : qu’est-ce qui peut aider ? Comment ai-je fais pour apprendre/dépasser/évoluer… ? Qu’est-ce qui peut intéresser ma cible ? blablablabla.. En bref, on ne publie pas pour publier, on publier pour donner, au risque de passer pour le tonton relou du bout de table qui commente jusqu’à votre façon de cligner de l’oeil.

Communiquant tu seras / Pour finir, un réseau social, ça sert à communiquer, à interagir, alors fais aux autres ce que tu aimerais que l’on te fasses : aime, partage, commente, suis, recommande.

 

BLOGGER OU MOURIR.

Bon, je vous l’accorde, j’exagère un max, mais si il y a un point qui n’est pas à négliger, c’est que posséder un blog permet d’accroitre sa visibilité, et son interactivité. Trouvez un rayon de sujets pouvant stimuler votre cible, et ne vous en détournez pas, il n’est pas question de s’éparpiller mais bien d’alimenter, d’apprendre, de divertir dans une seule et même voie. 

Dans le prochain article, je vous explique les bienfaits du conseil pour votre entreprise, alors je n’en dévoile pas trop ici, mais s’ouvrir à une communauté, c’est décider de bénéficier d’un levier considérable pour son activité.

Et surtout : on active les commentaires. Premièrement parcequ’ils sont les plus beaux retours que vous puissiez recevoir à propos de votre travail, deuxièmement parceque google aime l’interactivité, votre référencement aussi, du coup. Et troisièmement, parcequ’ils incitent chacun à suivre la démarche, et donc, à générer plus de trafic sur votre site web. Attention, une immense parenthèse va suivre, accrochez-vous : (bon, là, vous devez vous dire « mais. les commentaires ne sont même pas disponibles sur son site web et elle essaie de nous dire que c’est indispensable ?! Promis, je ne vous mens pas, en revanche, acheter un thème et s’apercevoir ensuite que ce dernier ne veut pas se décider à accepter le module commentaire, c’est le genre de citron pourris qui me tombe dessus. Mais les supports sont là pour cela, n’est-ce pas ? Alors pensons limonade et patientons jusqu’à ce qu’un miracle se produise et que vous puissiez commenter mes projets & articles à votre guise…c’est ce que vous ferez, n’est-ce pas ?!)

SEO.

Le SEO, c’est le référencement de votre site, c’est à dire le positionnement de votre site web en terme de visibilité. En gros, le but, c’est un peu de fayoter avec Google afin que celui-ci vous mette en avant. Il est possible de l’optimiser de façon gratuite : tout d’abord, le référencement aime les contenu originaux et qualitatifs. Entendons-nous, faire quelque chose de nouveau sur la sphère 2.0, c’est quasi mission impossible. En revanche, utiliser sa personnalité pour apporter une vision nouvelle, ça, c’est carrément faisable. 

L’optimisation du référencement passe également par le choix de vos titres, tags, mots-clés, catégories. Il est très important de choisir des termes et de s’y tenir, on ne change pas de tags à chaque article, on choisi d’utiliser le tag #motivation sur tous nos articles de développement personnel par exemple, et on veille à ce que celui-ci ne devienne pas #mondaymotivation la semaine suivante. Rester cohérant et régulier : voilà l’important.

CONNAITRE SA CIBLE.

La meilleure façon de plaire à sa cible, c’est de la connaitre. Et pour dresser un portrait robot, il n’y a pas 36 solutions (parenthèse, quelqu’un aurait-il déjà saisi le ‘pourquoi utilise-t-on le chiffre 36’ dans cette expression ?), il faut se poser les bonnes questions :

« A qui s’adresse mon contenu ? »

Lorsque je rédige un article, ou que je post un projet, un conseil, j’essaie de me mettre dans la peau d’une entreprise qui se lance, puisqu’il s’agit de mon cœur de cible. Cela n’est pas bien compliqué puisque j’étais dans cette peau quelques mois en arrière. Ainsi, je sais exactement quelles difficultés j’ai eu à surpasser, quelles informations ont été utiles pour moi et lesquelles ne l’ont pas été. Quelles solutions sont surcotées, ou au contraire, bien trop sous-cotées, etc, etc. Alors, à qui vous adressez-vous lorsque vous créez ?

« Quelles sont ses habitudes ? »

Un fois que votre cible est identifiée, il va falloir trouver de quoi la « pister » (ça devient beaucoup trop sombre il me semble, changeons de terme) : Une fois que votre cible est identifiée, il va falloir trouver de quoi l’analyser (bien mieux ça.), pour cela, rien de tel que les réseaux sociaux & Google Analytics (le héro des stats sur votre site web), il vous faudra un peu de patience, certes, mais une fois qu’une communauté aura commencé à se former autour de vos post, vous pourrez commencer à recueillir des informations telles que : le sexe majoritaire au sein de votre cible, la tranche d’âge de celle-ci, les habitudes d’utilisation, les appareils avec lesquels vos utilisateurs visitent vos réseaux/pages et enfin, la zone géographique. Ces données peuvent varier d’un réseau à l’autre, alors faites comme moi, adopter un carnet domestique et notez-y, réseau par réseau, vos directives de post.

Dans un premier temps, ces questions sont suffisantes, disons pour vos premiers mois de stratégie média. Elles vous permettront d’apprivoiser votre cible, de voir ce qui fonctionne ou non avec elle, d’apprendre à la stimuler, à interagir avec, à partager du contenu qui l’intéresse et l’engage à vos côtés, bref, à tout gagner.

DESIGN & QUALITY : THAT’S ALL.

Je m’apprête à tenter d’éliminer une des erreurs les plus fréquentes chez les nouvelles entreprises : « Déjà, la prospection. Pour la com’, on verra plus tard, quand j’aurai plus de budget ». Tapis rouge, cotillons, foule en délire : NON.

Je ne m’aventurerai pas à vous donner des chiffres, car chacun y va de son grain de sel, mais une chose est sûre : on ne lance pas une entreprise sans avoir alloué une partie de son budget initial à la communication & à la création de son identité.

Comme vous le savez peut-être déjà, lors d’une première rencontre, avec un employeur, pierre, paul, ou même jacques, 30 secondes suffisent à une première impression pour s’immiscer dans le cortex de votre interlocuteur, et de façon logique, il en va de même pour votre entreprise. Alors on se ressaisit, on file une cravate et une chemise à son bébé, et on investit dans ce qui est utile à l’instant T.

Je ne vous parle pas de payer la meilleure agence de Paris pour qu’elle crée pour vous l’image la plus originale et la plus flamboyante. Non. Je vous parle d’investir une part raisonnable de votre capital (selon vos besoin, votre activité) pour la création par un professionnel/une agence d’une image qui vous ressemble. Une image qui transmettra vos valeurs et qui communiquera déjà de façon quasi autonome sur l’importance de votre entreprise. (Et si vous voulez déjà un petit coup de pouce, je vous renvoie vers mon article « Un bon logo, quesako ? »  clic, tu verras.)

SOYEZ DIFFERENT, BRILLEZ.

 

Pour conclure, ce n’est pas parceque vous possédez une décapotable que vous êtes un as de la conduite. En revanche, on peut aller très loin, même avec une Twingo. Je fais des métaphores légèrement beaufisantes, n’allez pas penser que c’est parceque je n’arrive pas à conclure cet article. Ou bien, peut-être que si… 

http://www.pauline-duchesne.fr/wp-content/uploads/CVISITES.jpg #
youplaboum

Suivez-moi

& mon travail

Facebook Comments